La Leçon de Conduite

EST UN MOMENT DE CRÉATION MUSICALE EN DOUBLE PILOTAGE.

Le mode d’emploi

1ère partie

Introduction à la conduite (d’orchestre).


Vous donner l’occasion de jeter sur le jazz une oreille initiée, d’en « lire » les codes de fabrications. De trouver du plaisir à sentir cette musique, de ressentir le bonheur que prend un compositeur de jazz à créer dans un cadre qu’il s’est arbitrairement fixé : c’est toute l’ambition de ce nouveau projet musical !

Un rythme (binaire, ternaire, complexe ?), un tempo, une mélodie en référence à tel univers musical, (fanfare ou be-bop ? musique traditionnelle ou classique ?), une organisation (qui joue : la batterie seule ? avec la contrebasse ? un instrument mélodique ? tous ensemble ? y aura-t-il un soliste ? ...)
Ces questions sont envisagées « à froid », lors de la composition d’un morceau.

En jazz, musique qui comporte toujours une part d’improvisation, elles se reposent sur scène, « à chaud », par chacun des musiciens qui réagit avec tous les autres et interagit sur l’ensemble en temps réel…
C’est cette complexité passionnante que ce spectacle vous donne à ressentir, vous invitant à une « Leçon de conduite » musicale. Avec pour base les outils (juste un peu détournés) d’un système complexe que tout le monde maîtrise : le code de la route.

C’est vous qui fixerez à l’orchestre les règles du jeu et de la composition.


2ème partie

La réglementation


Le moniteur : Alban Darche, compositeur, arrangeur.


Le véhicule : Utopia In Space, un orchestre de quatre musiciens de jazz : Emmanuel Birault : (batterie), Sébastien Boisseau (contrebasse), Didier Ithurssary (accordéon) et Alban Darche (saxophones).

JPEG - 439.7 ko

Utopia in Space
Nourris de nombreuses influences, ils partagent depuis plusieurs années un langage et des codes communs qui leur permettent d’être, ensemble, un véhicule sûr.


Les élèves : le public.


La signalisation :
toutes les pancartes concernent le groupe entier, sauf dans les cas où le moniteur désigne un ou les musicien(s) concerné(s).

GIF - 19.8 ko

GIF - 16.9 ko

GIF - 19.6 ko

GIF - 41.8 ko

GIF - 6 ko

GIF - 4.5 ko
Apesanteur : Lune Heavy metal : Clisson Offenbach : Paris
Bagad : Quimper Hip-hop : Bronx Pointilliste : Île de la Grande Jatte
Bebop : Kansascity Java : Nogent Pop : Liverpool
Blues : Chicago Jazz West Coast : Los-Angeles Reggae : Kingston
Bossanova : Ipanema Kangen : Kyoto Samba : Copacabana
Chaâbi : Alger Maraîchine : Challans Sega : Sin Dni
Choro : Rio de Janeiro Marching Band : St-Louis Symphonique : Bayreuth
Couleur : St-Fargeau-Ponthierry Martipontine : Pont-st-Martin Tango : Buenos Aires
Countrymusic : Nashville Morna : Boavista Tarentelle : Naples
Dancefloor : Ibiza Musique arabe : Bagdad Touareg : Tombouctou
Disco : New-York Musique indienne : Mumbay Twist : St-Tropez
Éthiojazz : Addis-Abeba Musique militaire : St-Cyr Valse musette : Vesoul
Fado : Lisbonne Musique cubaine : La Havane Zortziko : Ainhoa
Flamenco : Séville Musique de chambre : Salzbourg Zouk : Fort-de-France
Forro : Recife Musique Klesmer : Odessa
Gamelan : Bali Musique mandingue : Bamako
Grunge : Seattle New Orleans : New Orleans

3ème partie
Le déroulement de la séance,
Durée d’un spectacle : de 45 mn à 1h, incluant une discussion avec le public en fin de séance.

La musique selon "Mappy".


Pour donner à sentir les choix qui s’opèrent lors de la création d’un morceau de jazz, dans son organisation, son interprétation, dans les moments d’improvisation dont il est émaillé, « La Leçon de conduite » développe donc la métaphore de la conduite automobile.

Point de départ : l’itinéraire. Parcourant des villes dont le nom est étroitement lié à un genre musical, c’est lui qui guidera l’inspiration du compositeur et des interprètes.
Utopia in Space aura par exemple à aller de Mumbaï (musique indienne) à Vesoul (valse musette) en passant par Kingston (reggae) et Kansas City (bebop), Bagdad (musique arabe) et Salzburg (musique de chambre). Et on pourrait s’amuser à refaire le parcours en sens inverse…

Chaque trajet pourra varier du tout au tout en fonction de choix posés au départ et des incidents de parcours rencontrés en chemin : tempo (et limitations de vitesses), rythmes, tonalité, nombre de voies (de voix), variations de volume…
Des panneaux indicateurs (mises en garde, obligations, interdictions) seront d’une lecture évidente (« Stop », « sens unique », « chaussée glissante »…). D’autres qui auront été présentés lors de la « leçon de code », à l’ouverture de la séance, sont recréés pour répondre aux besoins propres à la conduite de l’orchestre de jazz (enchaînement harmonique, pattern n° x, passage de ternaire en binaire et vice-versa…)

À l’image de la gestuelle utilisée par les policiers et gendarmes pour régler la circulation, un décodage des signes de base du chef d’orchestre (plus fort/moins fort, continuer, stop individuel, décompte…) fait aussi partie du « programme » de la « leçon de code ».

La leçon de code
« Cours » théorique : distribution du mode d’emploi ; présentation des panneaux et pancartes, explication du fonctionnement avec de grands panneaux et/ou des visuels en rétroprojection.

La démonstration du moniteur

Alban Darche « conduit » l’orchestre à l’aide des panneaux et pancartes que les apprentis-conducteurs pourront ensuite utiliser.

Apprentissage de la conduite en double commande

Au hasard, ou en choisissant dans une liste, le public détermine l’ « itinéraire » musical du morceau. La ville (style) de départ, l’arrivée, les étapes, les caractéristiques du parcours.
Un ou plusieurs spectateurs peuvent alors intervenir, en direct, pour donner aux musiciens de nouvelles indications de conduite, pour émailler le « trajet » d’incidents de parcours…